s Fiches individuelles
s
Page 20 de 128
BON François

Date et lieu :10 juillet 1776 à Luchapt (86430), FRANCE
Union 1 :GEORGES Marie(1776)
Notes :Baptême à Luchapt de Marie et Renée BON, filles de François BON domestique à Villechampagne et de Marie GEORGES son épouse.
BMS 1770-1779 page 33 en bas à gauche.

BONET Marie

Curiosités : Grossesse multiple
Triplés
Date et lieu :19 mars 1730 à Migné-Auxances (86440), FRANCE
Union 1 :BAUD André 
Notes :Lu sur BMS Migné 1726-1734 p 44/96

Trois filles jumelles de André BAUD et Marie BONET

Baptisées le 19 mars 1730

pour Marguerite, parrain : Pierre ? PRET et marraine Marguerite MOINE

pour Marie, parrain : Antoine ROUX et marraine Marie GRATTEAU

pour Angélique, parrain : Jacques ? et marraine Angélique BAUD

décédées le 22 mars 1730

BONNEAU Marie

Curiosité : Mort violente
Date et lieu :12 mars 1681 à Liglet (86290), FRANCE
Union 1 :MONTETEAU Louis(1681)
Notes :Le douzième mars mil six cent nonante et un a esté inhumée dans le cimetière de céans par moy soussigné, le corps de deffunte Marie Bonneau vivante femme de Louis Monteteau demeurant dans la paroisse de Journé, laquelle est decedée au village de Courteuvraud chez Pierre Bideau son gendre ou elle s’estait retirée a cause du mauvais traitement que luy avais fait son mari quelque jours auparavant sa retraite, s’estant plainte a moy en mourant qu’il l’avais tuée de coups de genoux sur l’estomac et d’un coup de batton dont elle est morte a l’age de soixante et quelques années munie du seul sacrement de pénitence en foy de quoi j’ai signé le présent acte le jour et an que dessus.
BICHIER, curé de liglet
----------
Source : liglet, BMS 1688-1693, p38/97, droit
Relevés GE86
BONNET Jacques

Curiosité : Mariage précoce
Date et lieu :16 janvier 1681 à Civray (86400), FRANCE
Union 1 :PISSARD Anne 
Notes :Trouvé dans les registres (BMS - 1676-1681, p. 75)
" Le 16 janvier 1681, entre Jacques Bonnet, âgé de quinze ans, fils de Pierre Bonnet et de ? Clothin avec Anne Pissard, âgée de douze ans, fille de Michel Pissard et Anne Coursier …, aucun empêchement canonique etc. … " !

Relevé par Alain Texier GE86
BONNET Marguerite

Curiosité : Maison Royale Admission
Date et lieu :3 octobre 1737 à Angliers (86330), FRANCE
Notes :Le jeudi troisième jour du mois d’Octobre mil sept
cent trente sept, sur les dix heures du matin, nous
nous sommes transporté dans les prisons de la Tour
grenetière au dedans de notre paroisse, auprès de
Marguerite Bonnet Veuve René Bouilly, demeurante
pour ....en la paroisse de Tenesay, laquelle
nous a déclaré en présence de Messire Laurent Jacques
Herbert, écuyer seigneur de Grammont et Louis écuyer
Me Mavaquier? , nottre paroissien, témoins en ce
requis consentir au mariage de Magdeleine Bouilli
sa fille et de deffunt Touilli? avec Jean Coudreau
demeurant paroisse d’anglé, et qu’il fait procéder à
la célébration de leur mariage e gardant les
formalités requises. Luc Bonnet a déclaré ne savoir
signer.

AD86 Angliers BMS 1732/1740 page 23
BONNET Marie

Curiosités : Naissance Multiple
Triplés
Date et lieu :19 mars 1730 à Migné-Auxances (86440), FRANCE
Union 1 :BAUD André 
Notes :le triple baptème le 19-03-1730 à Migné (86) de Marguerite Marie et Angélique filles de André BAUD et Marie BONNET parrains et marraines Pierre PRET et Marguerite MOINE Antoine ROUX et Marie GRATEAU Jacques SURAULT et Angélique BAUD, on peut aussi y joindre leur décès le 22-03-1730 (sources archives de la Vienne régistres paroissiaux de Migné collection communale page 44 & 45)

BONNOT Pierre

Curiosité : Sculpteur
Date et lieu :1678 à Lusignan (86600), FRANCE
Notes :Mentionné en 1678 et 1693 sur la paroisse d’Enjambes.
BONS Jean François

Curiosité : Racines Irlandaises
Date et lieu :22 janvier 1731 à Charroux (86250), FRANCE
Notes :fils de feu Louis Bons et de Louise Chaumet.
parrain Jean François Sans Pons cavalier irlandais
AD 86 Charroux BMS 1726/1733 page 49
BOST-LAMONDIE Julien
( Veneur )

Curiosités : chasseur de loup
Loups
Date et lieu :1919 à Gençay (86160), FRANCE
Notes :Veneur, Chasseur de Loups.

Julien Bost-Lamondie naquit le 5 janvier 1873, à Plaisance, au sud du
département de la Vienne. Là, non loin, à Persac, vivait le vicomte de La
Besge, célèbre chasseur de loups dont les exploits bercèrent son enfance. Il
était le fils de Félix-Marie Bost-Lamondie, notaire, qui s’installa comme
juge de paix à Gençay en 1893. Sa mère était Joséphine Blondet-Desbordes.
Julien Bost-Lamondie passa toute sa vie dans notre commune. Il était le neveu
de Alfred Cirotteau qui deviendra maire de Gençay.
Il aurait dû devenir notaire comme son père et toute une lignée d’ancêtres
notaires royaux. Mais, ses études de droit terminées, il n’exerça jamais
cette profession. Il choisit, avant toute autre voie, la chasse.
En 1893, il rejoint le Rallye-Brion, et ses maîtres expérimentés, André
Pineau, docteur à Gençay, et Alfred Cirotteau, lieutenant de louveterie. A
cette époque, ils chassaient le lièvre avec de petits bâtards poitevins
soigneusement sélectionnés. Excellente école pour le veneur de vingt ans.
Julien Bost-Lamondie était très grand, très blond avec des yeux très bleus.
Il était un cavalier intrépide. Toute sa vie, il fut féru de poésie.
En 1902, le docteur Pineau cessa la chasse. Julien Bost-Lamondie devint maître
d’équipage du Rallye-Gençay. Avec son ami Henri Lavergne, il décida de
maintenir les chiens uniquement dans la voie du loup. La meute est alors d’une
vingtaine de bâtards poitevins et anglo-poitevins. Après 1906, leur furent
adjoints des métis nés de la louve « Montrée » et du chien « Qui-Vive ».
Un homme à cheval sert l’équipage. C’est avec cet ensemble que Julien
Bost-Lamondie va chasser, uniquement le loup, jusqu’à la guerre de 1914
Il fit toute cette guerre en première ligne, comme mitrailleur. Il en revint
avec la Croix de Guerre et deux citations à l’Ordre de l’Armée.
----------
Relevé par Gloria Godard (GE86)
Après la guerre, il reforme le Rallye-Gençay. L’équipage est composé de
vingt cinq poitevins très racés. Une particularité de sa meute fut que,
mêlés à ses chiens, on y trouvait des demi-loups q’il avait obtenus par le
croisement d’une louve et d’un chien d’équipage de haute lignée
poitevine. Après de longues séances de dressage préalables, il avait obtenu
de sa meute que ses demi-loups ne chassent que le loup qu’ils savaient trier
parmi les voies d’autres animaux sans jamais se laisser égarer.
Parmi le lot de tous ses chiens, il eut un auxiliaire aux qualités de premier
ordre, un chien de loup légendaire dans tout le pays : « Gençay ». Bien
ramassé, vingt-trois pouces, tricolore à taches espacées, court, possédant
de très bons aplombs, une encolure sans fanons, la tête poitevine avec de
grands yeux très expressifs. Ses qualités de chasse en firent un chien hors de
pair. Il avait le don, dès qu’il donnait de la voix, de rassembler tous les
chiens de la chasse, même les plus paresseux. Il était doué d’un nez très
fin et d’une belle gorge, d’un train énorme et soutenu.
Pour Julien Bost-Lamondie, Gençay fut le centre de son territoire de chasse qui
s’étendait dans un rayon de cinquante kilomètres autour soit environ, cent
cinquante kilomètres carrés.
Dès 1905, devenu lieutenant de louveterie, sa présence était ardemment
réclamée par les habitants des campagnes pour qu’il les délivre de
l’ennemi de leurs moutons, de leur volaille et de leurs chiens. Cette année -
là, il aurait fait, selon ses notes, plus de quarante chasses.
En 1919, le Rallye-Gençay fit sa dernière chasse au loup dans le Bois des
Coussières, entre Anché et Marnay. Après 1920, le loup a disparu. Il prit la
voie des grands animaux, cerfs et chevreuils et parfois sangliers et renards.
Au cours de la seconde guerre, Julien Bost-Lamondie réussit à conserver
quelques chiens et remonta son équipage en 1945. Comme louvetier, il dut
détruire de nombreux sangliers et ce, jusque vers 1955. Par la suite, il
continua d’élever des chiens avec science, et jusqu’à 90 ans, suivra les
chasses à cheval à l’Equipage de Touffou.
Dans sa 91e année, il eut une fin à la mesure de son personnage. De retour de
l’une de ses sorties quotidiennes, il est foudroyé par une attaque. Toute la
nuit, il entendit son cheval passer et repasser au-dessus de lui,
précautionneusement. Il décèdera le 23 août 1963 à Montmorillon, il était
veuf de Jeanne Marguerite Bolley dont il eut trois enfants.

---------
(Renseignements puisés dans l’ouvrage Ecoute en Tête ! Ed. La Pigache, 1990
: Illustrations de Christian de Verteville, peintre animalier.)
---------
Relevés GE86
BOTEREAU Jean

Curiosité : Noyade
Date et lieu :25 février 1759 à Roches-Prémarie-Andillé (86340), FRANCE
Notes :Le vingt sept fevrier mil sept cent cinquante neuf a este inhumé dans
le cimetiere le corps de Jean Botereau le fils maréchal agé de trente deux
ans décédé de la veille dans la rivière du Clain ou on la trouvé noyé
par accident en passant le gué de lisle sur sa jument nayant pu recevoir
aucun sacrement de leglise lequel a esté pesché en présence du greffer
de Mr de Bernay qui en a fait son procès verbal sur la prairie de lisle
ont asiste à son entrerrement son père son épouse ses soeurs et beaufrères
et plusieurs autres parents et amis Gazil prieur et curé d’Andillé

lulusorciere-archive.blogspot.fr/2015/02/un-25-fevrier-andille.html
BOTTREAU René

Curiosités : Z- ADV- IN 4 1016
Architecte
Date et lieu :1744 à Lencloître (86140), FRANCE
BOUARD George

Curiosité : Crime
Date et lieu :18 octobre 1624 à Montamisé (86360), FRANCE
Notes :"plus le dix huictiesme jour doctobre 1624 deceda George BOUARD qui mourut
d"un coup despee quil receut par un soldat servant en la compaignie
colonnelle du regiment du sieur de Chastelbouard et receut le sacrement de
penitence et fut enterre le lendemain"

Relevé par T. Peronnet. GE86
Page 20 de 128
Page créée par Ancestrologie / CreationWeb le 29/04/2015 23:43:06