s Fiches individuelles
s
Page 83 de 128
RICHARD Geneviève

Curiosités :1603 Saint Jacques
1603 Pélerin
Date et lieu :11 mai 1603 à Avanton (86170), FRANCE
Notes :Avanton 11 Mai 1603 Date et lieu.
Geneviève Richart de la paroisse de St Benoist de la Ville du Mans décédée dans la maison de François Bailly demeurant à Jarnet paroisse d’Avanton, en retournant de son voyage de St Jacques en Galice. Accompagnée de son mari Pierre Journeau couturier
AD 86 Avanton 1602/1610 page 8
RICHARD Louis
( Cordier)

Curiosité : Enfant Exposé protagoniste
Date et lieu :9 juin 1814 à Angliers (86330), FRANCE
Notes :Trésor d’archives; Il s’agit de l’écrit laissé par celui qui abandonne. On peut à loisir disserter sur l’écriture aisée, l’orthographe très correcte.
Une main de sage-femme ?

messieurs de l’administration chargés de cet enfant
sont priés de le faire enregistrer sous le nom
d’AMINTHE DU BEAU JOUR, elle n’est point baptisée
elle a seulement reçu l’eau -

Elle a seulement reçu l’eau, un geste de sage-femme ?
Le style du texte.
Souvenez-vous cette prose mi-autoritaire mi-reconnaissante, nous l’avions déjà presque mot à mot pour Zéphirine.
Hélas, impossible d’en comparer les écritures, le précédent nous manque.
Marguerite et Zéphirine seraient-elles soeurs, cousines, venues au monde des mêmes mains ?
Le choix des noms et prénoms, la qualité du linge, incitent à évoquer une parenté au moins une solidarité voire une complicité selon un contexte que nous ne connaîtrons jamais.
Augustine, Zéphirine, Marguerite, qui tient l’anse du panier et fait le chemin vers Angliers ?

Le neuf du mois de juin mil huit cent quatorze par
devant nous maire de la commune d’Angliers faisant
les fonctions d’officier civil sur les quatre heures
du matin est comparu Jean GIGON cultivateur agé
d’environ trente ans demeurant au bourg d’Angliers
accompagné de Louis Richard CORDIER agé d’environ
cinquante ans et de Louis NAUDEAU l’ainé cultivateur
agé de soixante ans tous les deux ses voisins les
quels nous ont déclaré que lui Jean GIGON ayant
entendu vers les minuit frapper à sa porte et
ayant été pour ouvrir n’a trouvé personne ; ayant
aperçu à sa porte un enfant exposé, a été de
suite frapper à la porte des susdits Louis RICHARD et
Louis NAUDEAU qui sont venus avec lui faire l’enlèvement
du dit enfant ; d’après laquelle déclaration
moi maire susdit et accompagné des dits témoins
me suis transporté de suite au lieu désigné, me suis
fait représenter le dit enfant dont examen ayant
été fait il a été reconnu être du sexe féminin
qui a paru être né depuis peu, emmailloté d’un
oreiller de plume couvert d’une toile demi
usée, de deux langes d’étamine grise, de deux
drapeaux de grosse toile, d’une chemise, d’une
brassière de serge de coton, d’un bonnet
de soie rayée avec un écrit contenant ces termes :
messieurs de l’administration chargés de cet enfant
sont priés de le faire enregistrer sous le nom
d’AMINTHE DU BEAUJOUR, elle n’est point baptisée
elle a seulement reçu l’eau - Ce sont là tous les
objets qu’on a trouvé sur l’enfant dans un panier
d’osier ; sommés les dits témoins s’ils n’avaient aucune
connaissance de l’exposition de cet enfat, ont dit
n’en avoir aucune, ensuite l’avons remis à Marguerite
MAUPION femme POTTIER nourrice pour lui donner
les soins nécessaires moyennant la rétribution attendue
par le gouvernement et avons inscrit l’enfant
sous les nom et prénom de Marguerite AMINTHE
DU BEAUJOUR ; de quoi avons dressé procès verbal
en présence des dits Jean GIGON, Louis RICHARD,
et Louis NAUDEAU soussignés fors Louis RICHARD
qui ne le sait pas ; après que lecture leur a été
faite du contenu du présent procès verbal.

-----------

Nom : AMINTHE DU BEAU JOUR
Prénom : Marguerite
Date : 9 Juin 1814
Heure de découverte : minuit
Lieu de découverte : Porte
Découvert par : Jean GIGON, cultivateur
Noms des parrain et marraine, témoins : Louis RICHARD et Louis NAUDEAU
Description : bon linge
Documents laissés : papier avec nom et demande de baptème.
confiée à Marguerite MAUPION femme Pottier nourrice
RICHARD Marie
( Nourrice)

Curiosités : Enfant Exposé protagoniste
Nourrice
Date et lieu :18 janvier 1832 à Angliers (86330), FRANCE
Notes :Parmi ces quinze expositions, c’est le premier panier que l’on dépose dans un endroit isolé.
Celui ou celle qui livrait ce paquet a-t-il craint d’être surpris, reconnu, a-t-il du prendre la fuite?
A-t-on déplacé ce panier ?
Toujours est-il qu’elle aurait pu rester là trop longtemps cette petite Eugénie. Par cette nuit de janvier, le temps glacial est toujours trop long, posée à peine à l’abri sur le tas de bois de charpente d’Urbain PATRI. Urbain. PATRI qui avec le temps est redevenu simple cultivateur, et a fini par se défaire du X puis du S de son patronyme.
Il trouve le panier à 6H du matin.
Urbain ne cherche pas de témoin. Ses anciennes fonctions municipales le mettent peut-être à l’abri des suspicions.
Les temps changent. Les abandons se multiplient.
Le trousseau ne varie pas.
Le linge du nouveau-né est de qualité, mais aucun mot ne l’accompagne.
Eugénie est confiée à la femme PENNIER nourrice, en attendant d’être confiée comme tous les autres désormais à l’hospice de Loudun.
Peut-être sera-t-elle renommée, confiée à une autre nourrice, adoptée. Nous essaierons d’en savoir plus.
1832, monarchie de Juillet, le prénom d’une future impératrice et un nom de famille banal aujourd’hui qui raconte la misère d’hier.

L’an mil huit cent trente deux le dix huit du mois de janvier à huit
heures du matin, par devant nous maire, officier de l’état civil de la commune
d’Angliers, canton de Moncontour, département de la Vienne, est comparu
Urbain PATRI cultivateur agé de quarante deux ans, domicilié au bourg
et commune d’Angliers qui nous a déclaré que le dix huit du dit mois
de Janvier sur les six heures du matin étant seul il a trouvé dans
l’avenue du chateau du dit Angliers qui conduit à la grande route de
Loudun à main droite l’endroit appellé la Barrière à deux mètres de distance
de sa porte pour aller à sa cour sur les bois de charpente à lui appartenant
un enfant du sexe féminin lequel nous le présente emmailloté d’un linge
blanc par dessus un langeroux noir munis d’une brassière d’une chemise d’un bonnet
d’indienne rouge une couverture noire Le tout dans une gourbeille, après
avoir visité l’enfant, avons reconnu qu’il était du sexe féminin qu’il
paraissait agé d’environ huit à dix heures, n’ayant aucune marque à
notre apparence ni aucun écrit qui ne nous le fasse reconnaître. De suite avons
inscrit l’enfant sous les noms et prénoms de Eugénie DUBOIS, et avons ordonné qu’il
soir remis à Marie RICHARD femme PENNIER habitante dudit Angliers qu’il veulent se
charger du dit enfant.
De quoi avons dressé Procès verbal en présence de Louis AUCHER laboureur
domicilié au dit Angliers agé de quarante deux ans et de Louis BOUREAU
garde champêtre de la commune d’Angliers agé de vingt neuf ans qui ont
avec nous signé après qu’il en a été donné lecture du contenu du procès
au présent procès verbal;

AD 86 Angliers N 1830/1842 page 13/80
Nom : DUBOIS
Prénom : Eugénie
Date : 18/01/1832
Heure de découverte : 6H du matin
Lieu de découverte : Barrière de l’avenue du chateau
Découvert par: Urbain PATRI cultivateur
Noms des parrain et marraine, témoins : Louis AUCHER, Louis BOUREAU
Description : bon linge
Documents laissés : non
Confié à : Marie RICHARD femme PENNIER nourrice.

Relevé par Gloria Godard.
RIGAUDEAU Femme

Curiosités : Maladies
Anorexie
Date et lieu :28 janvier 1773 à Les Herbiers (85500), FRANCE
Notes :L’anorexique - suite et triste fin (prévisible)

Nouvelles de la Province
Des Herbiers, le 17.
On ne dissertera plus, & on ne fera plus de plaisanteries à l’occasion de la femme Rigaudeau, du lieu de St Mars-la-Réorthe, qui n’a ni bu, ni mangé, ni dormi depuis 8 mois. Cette femme vient de mourir. A tout prendre, cette abstinence ne devroit pas paroitre plus extraordinaire que l’état d’une fille de Clisson, en Bretagne, âgée de 55 ans, morte en Novembre 1771, qui dormoit 8 ou 15 jours de suite & quelquefois trois semaines sans prendre aucune nourriture, & qui, lorsqu’elle étoit éveillée, restoit souvent 8 ou 15 jours sans pouvoir proférer une parole. On peut mettre encore sur la liste des événements merveilleux, cette fille du Vivarais, qui tous les ans, depuis 30 ans, s’endort précisément le premier Mars, reste immobile dans un état de mort, & ne se réveille que le 19 du même mois, précisément à minuit (Voyez les Etrennes Mignones de l’année 1773.)
Il faut avouer que tous ces faits peuvent servir de Mémoires bien intéressants pour l’Histoire du 18e siecle. Remarquons en passant que les hommes ne sont point sujets à des maladies aussi singulieres. Il seroit peut-être curieux d’examiner pourquoi les femmes ou filles y sont, seules, exposées.
AANADPP - n 4 du 28/1/1773, p. 14
RINTIER Claude

Curiosités : Grossesse multiple
Triplés
Date et lieu :31 mai 1652 à Ligueil (37240), FRANCE
Notes :Trouvé sur Ligueil 37 des triplets du couple Martin Galand et Claude Rintier le 31-05-1652 P.119 (1638-1671)
1-Theodore
2-Pierre
3-Marie
Théodore a dû être nommé du nom d’un des chirurgiens pratiquant sur Ligueil, Theodore Bonneau ou Théodore Berthonneau (ts 2 apothicaires-chirurgiens).
Les triplets sont décédés, leur relevé i se trouve sur une autre partie des registres.

RIOU François

Curiosités : Gabelle
Crime
Date et lieu :21 mai 1634 à La Roche-Posay (86270), FRANCE
Notes :AD 86 La Roche-Posay S 1622/1670 page 15/71
Le 21ème jour de may 1634 fut tué françois
Riou par des archers de Gabelles auprès de Loches
et fut enterré le lendemain aux Loches aagé de
40 ans our environ.
RIPAULT Jacques

Curiosité : Date et lieu
Date et lieu :11 octobre 1614 à Aslonnes (86340), FRANCE
Notes :ont jeté la bource sur la tombe par tous les héritiers
ADV /BS 1599/1630/ page 45 droite

Note de GE86 : Jeter la bourse sur la fosse était un geste extérieur que faisait la veuve à la mort de son mari pour signifier qu’elle renonçait à la communauté des biens. D’abord réservé aux "Dames" , les roturières purent en bénéficier; La femme jetait sur la fosse la bourse ou les cles qu’elle portait à sa ceinture(renoncement d’une communauté....à mauvaises surprises!
RIVAULT Judith

Curiosités : Baptème
Crues
Date et lieu :23 mars 1704 à Couhé (86700), FRANCE
Notes :lulusorciere-archive.blogspot.fr/2015/03/un-23-mars-couhe-perdre-les-eaux.html
RIVIERE Renée

Curiosités : Grossesse multiple
Jumeaux
Date et lieu :5 mai 1682 à Châtellerault (86100), FRANCE
Notes :: BMS 1681-1687

Châtellerault - St Jean L’Evangéliste
p 37/143
Encore 2 soeurs Bessonnes, baptisées le 05 mai 1682,

Marie et Françoise DERINGERE, soeurs de mon sosa,
filles de DERINGERE François, laboureur à la Métairie de la Grande Bruère de
la paroisse de Chateuneuf et de Renée RIVIERE mes sosas

ROBERT Catherine

Curiosités : Grossese
Grossesse multiple
Jumeaux
Date et lieu :24 mars 1706 à Charroux (86250), FRANCE
Union 1 :LE ROUX Gilles 
Notes :Jean et louis fils de Gilles Le Roux et Catherine Robert, morts le 6 du mois suivant.
AD 86 Charroux BMS 1705/1711/p22
ROBERT Jean

Union 1 :COLLET Magdeleine(1708)
ROBERT Jean

Curiosité : Crime
Date et lieu :15 mars 1710 à Charroux (86250), FRANCE
Notes :Le quinzième jour de Mars 1710 a esté inhumé
dans l’église le corps de Jean Robert Sieur
de Saint Pierre agé de trente six ans
ou environ mort d’un coup de pistolet qui
luy fut donné la nuit du huit au neuf
de ce mois et a été enterré en présence de Gabriel Robert son frère,
Pierre David et Gilles Leroux ses beau-frères.

AD 86 Charroux BMS 1705/1711/p84
Page 83 de 128
Page créée par Ancestrologie / CreationWeb le 29/04/2015 23:43:17