s Fiches individuelles
s
Page 92 de 128
VERDON Estienne

Curiosité : Peste
Date et lieu :1604 à Sossais (86230), FRANCE
Union 1 :MARTINET Tiennette(1604)
Notes :ceux qui sont morts de contagion
depuis la St-Michel jusqu’à novembre
1604 premierement

Estienne Raboteau
Vincent GUELLERIN et (...) deux enfans
et deux filles
Jehan Roy Charlotte POIRIER sa femme et
deux de leurs enfans
La femme de feu Françoys chamaillard
et deux enfans
Françoys raboteau Jehanne ASSELAIN sa femme
et trois enfans
la femme de Pierre Faulcon
saintonne TOULLOT
La femme de Hillaire Thoumas
Jullien FERRANT de deux enfans
Estienne VERDON Tienette Martinet sa
femme et troys de leurs enfans
Jehan VERDON et Françoise POIRIER
sa femme
la mère de Pierre Barautaud et deux
enfans dudit Barautaud
..........................................................................
Pour l’année 1605
Hillaire LEGER sa femme et ses deux
enfans
Claude Grousault aussi morts de contagion.
------------
AD 86 Sossais BMS 1602/1610 page58

Avec pour la transcription l’aide précieuse de Thierry Peronnet et Alain Texier. GE86.



VERDON Jean

Curiosité : Peste
Date et lieu :1604 à Sossais (86230), FRANCE
Notes :ceux qui sont morts de contagion
depuis la St-Michel jusqu’à novembre
1604 premierement

Estienne Raboteau
Vincent GUELLERIN et (...) deux enfans
et deux filles
Jehan Roy Charlotte POIRIER sa femme et
deux de leurs enfans
La femme de feu Françoys chamaillard
et deux enfans
Françoys raboteau Jehanne ASSELAIN sa femme
et trois enfans
la femme de Pierre Faulcon
saintonne TOULLOT
La femme de Hillaire Thoumas
Jullien FERRANT de deux enfans
Estienne VERDON Tienette Martinet sa
femme et troys de leurs enfans
Jehan VERDON et Françoise POIRIER
sa femme
la mère de Pierre Barautaud et deux
enfans dudit Barautaud
..........................................................................
Pour l’année 1605
Hillaire LEGER sa femme et ses deux
enfans
Claude Grousault aussi morts de contagion.
------------
AD 86 Sossais BMS 1602/1610 page58

Avec pour la transcription l’aide précieuse de Thierry Peronnet et Alain Texier. GE86.



VERDON Jehan

Curiosité : Peste
Date et lieu :1604 à Sossais (86230), FRANCE
Union 1 :POIRIER Françoise(1604)
Notes :ceux qui sont morts de contagion
depuis la St-Michel jusqu’à novembre
1604 premierement

Estienne Raboteau
Vincent GUELLERIN et (...) deux enfans
et deux filles
Jehan Roy Charlotte POIRIER sa femme et
deux de leurs enfans
La femme de feu Françoys chamaillard
et deux enfans
Françoys raboteau Jehanne ASSELAIN sa femme
et trois enfans
la femme de Pierre Faulcon
saintonne TOULLOT
La femme de Hillaire Thoumas
Jullien FERRANT de deux enfans
Estienne VERDON Tienette Martinet sa
femme et troys de leurs enfans
Jehan VERDON et Françoise POIRIER
sa femme
la mère de Pierre Barautaud et deux
enfans dudit Barautaud
..........................................................................
Pour l’année 1605
Hillaire LEGER sa femme et ses deux
enfans
Claude Grousault aussi morts de contagion.
------------
AD 86 Sossais BMS 1602/1610 page58

Avec pour la transcription l’aide précieuse de Thierry Peronnet et Alain Texier. GE86.



VERDON Marguerite

Curiosités : vie locale
guerre
Date et lieu :31 décembre 1660 à Leugny (86220), FRANCE
Notes :1- ceste année 1660 est remarquable pour
2- avoir faict un si rude et si long hyver que
3- de memoire d’homme il ne s’en est point vu un
4- pareil, les neiges avoient commence des le
5- quinz(ies)me decembre 1659 précedent, et la gelee
6- l’epaissant de jour en jour la restent sur la
7- terre, jusques a ce que la glace se fist
8- rendre quasi g(é)n(ér)ale par tout par les petits
9- degels imparfaicts, apres lesquels ce qui estoit
10- fondu de la neige qui tomboist de temps en
11- temps jusques a la hauteur d’(enviro)n un pied, se
12- reprenoit de plus belle, en sorte que le
13- batteau a le port de Leugny n’a point passé
14- depuis le premier jour de l’an jusques au
15- quinziesme febvrier. estant enfondré par les
16- glaces, et le jour mesme 1er de l’an on
17- passa librement sur la glace, mesmes des
18- montures, et moy curé y ai passé trois fois
19- pour administrer Marguerite VERDON femme
20- de Claude CHEVIGNY le jeune malade a la
21- Pichonniere en sa maison, a qui mesme je
22- portai le St-Sacrement par ce nouveau pont
23- environ le 25 janvier. Et le dimanche 15
24- febv(rier) sur le soir Louis GIRAUT dit Bourgine
25- Noel MOREAU et Antoine FAROU, voulant passer
26- apres quelque ramolissement tout d’un coup
27- la glace fondit soubs eux en se rompant dont
28- entrainoit? ledit MOREAU fut en grand
29- danger de se perdre en plein port au milieu
30- de l’eau ou ils passoient, et sans le secours d’un
31- d’un manteau dont FAROU lui jetta le bout,
32- n’estant pas si advancé que luy son effort a
33- nager luy eust esté inutile, GIRAUT se retira
34- promptement sentant enfoncer la glace qui le
35- laissa neanmoins mouille jusques a la ceinture
36- peu a peu en suitte sans grande pluie la neige
37- se dissipa par la chaleur du soleil en l’espace de
38- dix ou douze jours sans incommoder ni les champs
39- ensemances. ni les ponts sur les rivieres/
40- En ceste mesme année 1660 la guerre qui
41- a duré deopuis 1630 avec les espagnols prit
42- fin par le le moyen du mariage conclud entre
43- le roy Louis 14 de France et de Navarre
44- et la fille unique du premier lit du roy
45- d’Espagne Philippe 4 et la paix faict on
46- a chante le Te Deum par touts les bourgs
47- mesmes de la France, et aussi a on faict icy
------------
Source : Leugny-BMS-1649-1669-vue 56 deuxième colonne à gauche
---------------
Relevés GE86
VERGER Pierre

Curiosités : Z-C-66
chasseur de loup
Date et lieu :7 avril 1770 à Châtellerault (86100), FRANCE
Notes :Un loup.
ADV C66
-----------

VERNEUIL

Curiosité : Loups
Date et lieu :15 décembre 1774 à Melle (79500), FRANCE
Notes :Le loup d’Aubigné. - Histoire à épisodes
1)
Lettre écrite des environ de Melle, le 15 décembre
Il y a eu le 12, dans la paroisse d’Aubigné, un événement bien fâcheux. Un Laboureur, nommé Verneuil, a été grièvement mordu à une main par un loup que l’on soupçonne d’être enragé, & malheureusement encore, c’est un père de famille chargé de sept enfans, tous en bas âge. Ce loup sorti de la forêt d’Aunay, s’approchoit d’un troupeau de moutons gardé par les enfans de ce Laboureur, qui, craignant pour eux, courut pour les défendre, armé seulement de son aiguillon, (gaule dont se servent les Bouviers pour conduire leurs bœufs,) le loup ataque cet homme & lui saute au corps ; mais cet homme, sans s’effrayer, a le courage & l’adresse de saisir le loup, de lui mettre la tête sous son bras, & de le terrasser. L’homme & le loup se débattirent long-temps ; mais l’homme eût nécessairement succombé, si à ses cris, & à celui de ses enfans, il ne fût survenu un autre homme qui assomma le loup avec une bèche qu’il avoit à la main, dans les bras même du premier. Cet homme digne d’exciter la commiseration publique, a été conduit, le 14 à Confollens, auprès d’une personne charitable, qui a réussi plusieurs fois à prévenir la rage sur des personnes mordues par des animaux qui en étoient atteints. Cette Province très couverte de bois en plusieurs contrées, sert de retraite à un grand nombre loups (sic), qui, de temps en temps, font des ravages sur les hommes & sur les bestiaux. La multiplicité de ces accidens, devroit bien faire prendre les moyens de chercher à les détruire. Les Seigneurs devroient particulièrement s’occuper de cette chasse ; l’intérêt général de la société le recommande à leur humanité & à leur intérêt propre.
ADP - n 52 du 30/12/1773, p. 210
2)
Nous avons reçu de nouveaux détails sur le triste accident arrivé dans la paroisse d’Aubigné, le 12 Décembre. Le loup étoit chassé par des hommes & par des chiens ; le Laboureur dont on a parlé, laisse sa charrue & accourt à ce bruit ; il voit le loup se portant vers lui même, il le frappe de son aiguillon ; le loup écumant, & après en avoir mordu le bout pendant quelques instants, s’élance sur lui, lui fait des égratignures au visage & au ventre, & se fixe enfin sur une de ses mains, lui casse un doigts & lui fait plusieurs morsures, dont les plaies sont transversalles. Cet homme robuste & courageux, saisit le loup, comme on l’a dit ; un autre homme survient & tue cet animal avec un bèche ou piarde. C’est le Sacristain de la paroisse d’Aubigné, nommé Simon Merleau ; il en porta la tête à M. Gilbert, Subdélégué, de Chef boutonne, qui lui donna la somme de dix livres, pour sa récompense, acordée par le Gouvernement en pareil cas ; c’étoit une bête monstrueuse. La même contrée éprouva en 1766, de la même manière, des malheurs plus cruels encore ; il y eût plusieurs persones qui furent mordues & qui périrent.
ADP - n 1 du 06/01/1774, p. 2
Commentaire : le sacristain a sûrement partagé la prime ! (???)

3) Il y avait aussi des râleurs à l’époque :

Lettre écrite du Haut-Poitou.
Vous avez annoncé, M., l’accident arivé dans le voisinage de Chef-Boutonne, & la précaution qu’on a prise d’envoyer le vainqueur du loup chez des persones qui, dit-on, ont un secret pour guérir ou pour prévenir l’Hydrophobie. A cette occasion, M., ayez la bonté de porter plainte au public contre ces possesseurs de secrets, qu’il seroit si avantageux de répandre. Les Charlatans ont les leurs, que les gens éclairés ne leur envient point ; mais comment des persones qui ne retirent de leur recettes que le plaisir touchant de soulager l’humanité souffrante, peuvent elles se résoudre à les tenir secrettes ? Ont-elles fait réflexion que leurs remedes rendus publics, peuvent sauver la vie à mille individus, qui périront avant de savoir la demeure ou même l’existence de celui qui tient en ses mains le secret de leur guérison. En supposant même que l’intérêt eût quelque part à la conservation de ces secrets dans les familles, le Gouvernement ne pouroit-il pas, après avoir constaté l’efficacité du remede, récompenser ceux qui feroient à la société un sacrifice aussi utile ? Il y a dans le voisinage une famille qui possede le secret d’un onguent, propre non-seulement à prévenir la gangrene, mais encore à en arrêter les progrès, & à séparer très proprement les chairs gangrenées d’avec les parties saines. Il y a des exemples de malades, à qui cet onguent a sauvé des membres condamnés à l’amputation par les Maîtres dans l’art de guérir. Mais combien de malheureux ont succombé aux suites funestes de cette redoutable maladie, pour n’avoir pas été à portée de connoître les possesseurs du secret ? Soyez, M., à cette occasion, l’Avocat de l’humanité ; ajoutez ce nouvel article à la liste nombreuse des articles intéressans qui ornent votre Recueil, & qui vous donnent de si justes droits à la reconnoissance de vos compatriotes.
ADP - n 7 du 17/02/1774, p. 26

4) Mais hélas :

On se souvient de ce malheureux Laboureur de la paroisse d’Aubigné, qui a été mordu par un loup, & dont nous avons parlé. Pour donner plus de moyens à sa famille de le soulager, & pour récompenser en même temps le courage avec lequel il s’est défendu de cet animal, dont il s’est, pour ainsi dire, rendu lui-même la victime, M. l’Intendant, dont le cœur compatissant & généreux, saisit toutes les occasions de faire le bien & de l’encourager, lui a fait donner une somme d’argent. Ce malheureux Laboureur est mort dans le plus déplorable état, quelques soins que l’on ait pris pour le préserver des suites de ce funeste accident. Seroit-il donc vrai, que malgré tant de remedes publiés contre la rage, que malgré que l’on assure si souvent que plusieurs ont réussi, il a été jusques à présent impossible d’en trouver un absolument efficace, que l’on puisse en tout temps employer avec confiance, & s’y fixer ? Si l’on pouvoit cependant y parvenir, quel bonheur pour l’humanité ! Alors les villes, les Seigneurs pouroient, pour sauver de la rage les persones mordues par des animaux qui en sont atteints, former des établissements, comme il commencent à en faire pour rappeler les noyés à la vie.
C’est le vœu, c’est le conseil de l’Auteur citoyen de la Gazette d’Agriculture, & tous les bons cœurs se joignent à lui.
ADP - n 7 du 17/02/1774, p. 27
------------
VERNIN Antoine

Date et lieu :27 avril 1793 à Vouneuil-sur-Vienne (86210), FRANCE
Union 1 :ROUSSEAU Marie(1793)
Notes :Le salon du divorceA Vouneuil sur Vienne, il ouvre le 27 Avril 1793.
Entre Antoine Vernin et Marie Rousseau. Les divorcés de l’an II :
Antoine est âgé de 32 ans, c’est lui qui demande le divorce.
Sa princesse, Marie Rousseau a fait sa révolution quelques années plus tôt :

"....Marie Rousseau sadonna il y a environ six ans à faire commerce de faussonnage, qu’elle a continué jusqu’à il y a cinq ans, qu’elle laissa le comparant et le pays sans avoir depuis ce temps là donné aucune de ses nouvelles à quiconque du pays, suivant qu’il le prouve par l’attestation et acte de notoriété....."
Ils s’étaient mariés le 27 Juin 1785, elle est partie deux ans après !
---------------
Le 20 septembre 1792, une loi permettant aux deux conjoints de rompre le mariage est créée. Le divorce peut être prononcé par consentement mutuel, pour « incompatibilité d’humeur ou de caractère » ou encore pour des causes imputables à un des époux (préfigurant le « divorce pour faute »).


Le divorce devient alors une procédure simple, sans juge, qui n’oblige pas les époux à motiver leur demande. Le divorce peut être proclamé sans aucun motif.

Cependant, une demande de divorce par consentement mutuel n’était admise qu’au bout d’un minimum de deux ans de vie commune
-------------------
Relevés GE86
VERNIN René

Curiosité : Mort violente
Date et lieu :3 novembre 1652 à Quinçay (86190), FRANCE
Notes :Un décès tragique pour commencer : "le troisieme jour de novembre 1652 fut
trouve mort dans bois st hillaire de michel
grillaud rené vernin lequel est enterre dans le bois dudict grillaud aujourdhui
avec rochers le dict jour et an cy
dessus" (Quinçay)
VERON François

Curiosité : Enfant Exposé
Date et lieu :6 septembre 1785 à Angliers (86330), FRANCE
Notes :Le château d’Angliers est-il si beau qu’on le qualifie de palais ? Il faudra que j’aille voir ça de près.
C’est à sa porte qu’on accroche le panier contenant le petit François.
Jacques DUPUIS y est sans doute logé, il y travaille probablement. Il découvre l’enfant à minuit.
La mère du nouveau-né sait écrire ou bien elle a trouvé de l’aide. Une trace est laissée, un nom, un moyen peut-être de retrouver ce petit, de le regarder grandir de loin.
Peut être une précaution, afin qu’il échappe à l’éponyme, lui qui sera encore un petit rescapé de la porte...
Le curé mentionne et respecte l’indication. Le petit François, s’appelera VERON.
Urbain PATRI est son parrain, il signe, nous aurons l’occasion de le retrouver. Françoise LAMBERT est sa marraine, elle ne sait pas signer.


"Le vingt six septembre 1785 a été baptisé François qui parait né de la veille et a été trouvé par Jacques DUPUIS sous signé à la porte du palais d’Angliers environ les minuit, et pour distinguer le
dit enfant lui a été donné le surnom de VERON d’après l’indication donnée sur une carte trouvée sur
l’enfant. A été parrain Urbain PATRI sous signé et marraine Françoise LAMBERT
qui a déclaré ne savoir signer, de ce enquise.
Delepinay curé d’Angliers.

Source : AD 86 1781/1792 page 34/ 83
Nom : VERON
Prénom : François
Date : 6 septembre 1785
Heure de découverte : Minuit
Lieu de découverte : La porte du chateau
Découvert par : Jacques DUPUIS
Noms des parrain et marraine : PATRI Urbain et LAMBERT Françoise
Description : Non
Documents laissés : Une carte avec un nom.
VERRIER Jean

Curiosités : Baptème
Crues
Date et lieu :15 février 1698 à Charroux (86250), FRANCE
Notes :Le quinzième jour de febvrier 1698 a este
baptise Jean fils légitime de André Verrier, et
de Jeanne Doux de la paroisse d’Asnois
n’ayant pu passer la Rivière à cause
des grandes eaux. Ses parrain et marraine
sont Bertrand Gaignadoux et Elisabeth
Bernard.
F. Sorin prêtre curé

AD 86 Charroux BMS 1693/1699 page 117
VETAULT Louis

Curiosité : Architecte
Date et lieu :22 septembre 1789 à Tercé (86800), FRANCE
Notes :AD 86 BMS 1783/1790 page 27.
VIE LOCALE

Curiosité :1775 Epidémie
Date et lieu :1775 à Vaux (86700), FRANCE
Notes :
Le curé de Vaux s’est trouvé obligé d’ajouter des feuillets à son registre de 1775 car le 12 octobre celui-ci était rempli; en cause, selon lui, la "dissanterie qui est devenue épidémique".
Page 92 de 128
Page créée par Ancestrologie / CreationWeb le 29/04/2015 23:43:18